444 743 listes de contacts courriels de comptes Yahoo, 82857 de comptes Facebook et 33 697 de coptes Gmail etc. sont interceptés en 1 seule journée par la NSA

Selon Agence France-Presse,

NSA Spy Center

Washington,

Le 14 octobre le Washington Post, a cité des documents de l’ancien consultant de la NSA Edward Snowden: l‘Agence américaine de renseignement NSA a collecté des centaines de millions de listes de contacts numériques d’Américains via leurs courriels ou leurs messageries instantanées.

En une seule journée en 2012, la NSA a intercepté 444 743 listes de contacts courriels de comptes Yahoo!, 82 857 de comptes Facebook, 33 697 de comptes Gmail, et 22 881 d’autres fournisseurs internet, précise la NSA dans une présentation publiée par le journal américain.

Extrapolés sur une année, ces chiffres correspondraient à la collecte de 250 millions de listes de contatcs courriels par an.

Ce qui voudrait dire que des millions, voire des dizaines de millions d’Américains sont concernés par cette collecte, comme ont noté deux hauts responsables du renseignement américain.

Ces listes contiennent d’autres informations que les données numériques génériques car, dans ces contacts courriels (d’emails), il y a aussi des numéros de téléphone, des adresses physiques (géographiques), des informations économiques ou familiales, et parfois, sans aucune surprise, les premières lignes d’un message.

La NSA intercepte ces listes «au vol», quand elles se retrouvent dans des échanges internet, plutôt qu’«au repos», dans les serveurs des ordinateurs. Et de ce fait, la NSA n’a pas besoin de le dire aux fournisseurs internet qui abritent ces informations, comme Yahoo!, Google ou Facebook.

L’agence les intercepte à partir de points d’accès situés «partout dans le monde» mais pas aux États-Unis. Ce qui permet à la NSA de contourner l’interdiction qui lui est faite d’intercepter des informations sur des Américains à partir du territoire américaiens, expliquent-ils.

Rappelons qu’en août, le président américain Barack Obama avait promis de revoir les programmes américains de surveillance, après les problèmes et débats provoqués par les révélations d’Edward Snowden.

Advertisements