Les scientifiques de l’UCLA et du Technion, Institute of Technology Israël, ont élucidé la manière avec laquelle les cellules de notre cerveau encodent la prononciation des voyelles individuelles dans les discours. Publié dans l’édition du 21 août 2012 de la revue Nature Communications, la découverte pourrait conduire à une nouvelle technologie qui verbalise les mots non-dits des gens paralysés par une blessure ou maladie.  “We know that brain cells fire in a predictable way before we move our bodies,” a déclaré le Dr Itzhak Fried, professeur de neurochirurgie à la David Geffen School of Medicine à l’UCLA. “Nous avons supposé que les neurones seraient également réagir différemment quand nous prononçons des sons spécifiques. Dans l’affirmative, nous pourrons un jour décoder ces modèles uniques de l’activité dans le cerveau et les traduire en discours.”

Fried_fig2-c

“Once we understand the neuronal code underlying speech, we can work backwards from brain-cell activity to decipher speech,” said Fried. “This suggests

an exciting possibility for people who are physically unable to speak. In the future, we may be able to construct neuro-prosthetic devices or brain-machine interfaces that decode a person’s neuronal firing patterns and enable the person to communicate.”

Fried said

Source:

L’U. UCLA D’Israel 

Advertisements